The Centre of Attention homepage the center of attention

in Le Monde, Harry Bellet 'Marché de l'art : orgie contemporaine à Miami', 6 Decembre 2005

back to the library  

 

Le Journal du  Monde

Marché de l'art : orgie contemporaine à Miami
LE MONDE | 05.12.05 | 14h48 • Mis à jour le 05.12.05 | 14h48
MIAMI (Floride) ENVOYÉ SPÉCIAL


La quatrième Foire d'art contemporain de Miami s'est tenue du 1er au 4 décembre, réunissant 195 des meilleures galeries du monde, et attirant environ 40 000 visiteurs. Les foires, doit-on dire dorénavant, puisque l'événement initié en Floride depuis 2002 par les organisateurs de la Foire de Bâle a fait des petits : la manifestation principale a vu fleurir des concurrentes qui, sans parvenir à l'éclipser, font de Miami la ville la plus active en matière d'art contemporain, au moins une semaine par an.

La plus ancienne, Scope, se tient dans un hôtel. Chaque chambre est convertie en galerie. Ils sont environ quatre-vingts à proposer les œuvres de leurs artistes, dans des espaces riquiqui mais chaleureux. De la chaleur, on en rencontre aussi à Nada (New Art Dealers Alliance), lancée il y a trois ans par de jeunes galeristes originaires, pour l'essentiel, de New York. Les artistes émergents qu'ils présentent sont l'objet, depuis l'ouverture, d'une véritable razzia de la part des collectionneurs, qui les achètent en gros selon l'étrange principe ici baptisé "Spray and pray" : on en prend une dizaine, en espérant que dans le tas il y en ait un ou deux dont la cote progresse suffisamment pour réaliser une belle plus-value...

Sont venues se rajouter deux autres manifestations du même calibre, Pulse Miami et The Aqua Art Fair, cette dernière organisée par un groupe de marchands originaires de la région de Seattle.

Trop d'événements, de fêtes, qui finissent par ramener le visiteur harassé au centre, c'est-à-dire au marché. Qui ne s'est jamais mieux porté, même si l'odeur de spéculation est de plus en plus dense. Alors surnagent les oeuvres les plus fortes, comme le container, prévu avec dix-neuf autres pour abriter une exposition sur la plage, et que les artistes Jennifer Allora et Guillermo Calzadilla ont préféré ravager, et aplatir au sol comme une galette. Aplati aussi, puis roulé, le Bourek, du nom d'une pâtisserie orientale qu'Abdel Abdessemed a transposée dans un pays où les avions privés font partie du paysage : au lieu de pâte, il a utilisé un Lear Jet entier. Placées au centre, les ailes servent de farce.

On perçoit cependant une lassitude : se disant écoeurés par cette avalanche d'argent, Pierre Coinde et Gary O'Dwyer, du groupe Center of Attention, ont décidé de passer les quatre jours de la foire au lit, un "bed-in" astucieusement titré "Embedded", et qui reprend une performance ancienne de John Lennon et Yoko Ono : "Les foires d'art sont dégoûtantes, expliquent-ils dans leur déclaration. Elles nous rendent malades. Est-ce le meilleur moyen de montrer l'art ? Et d'exposer l'art ? C'est révoltant..." Ils sont en tout cas les seuls à avoir pu dormir un peu.

Harry Bellet
Article paru dans l'édition du 06.12.05